panorama

Généalogie du texte illustré robidien : l’héritage de la littérature panoramique

[Forthcoming conference proceedings publication]

Un goût certain pour les perspectives d’ensemble ressort des titres de Robida. Pour les deux tiers, soit près d’une trentaine, le dénominateur commun en est le concept d’inventaire. Que leur portée soit historique, futuriste, documentaire ou satirique, ces ouvrages offrent des panoramas. Pour bien saisir son œuvre dans son contexte culturel et médiatique de production, il semble donc pertinent de la recadrer dans cette perspective panoramique.

Nous effectuerons donc un survol généalogique à rebours. En effet, un certain nombre de motifs de science-fiction communément associés à la verve créatrice de Robida reposent sur un fonds de récits d’anticipation qui s’est sédimenté tout au long du siècle et qui procède du modèle panoramique de la littérature utopique. De même, dans un cadre plus formel et quelque peu négligé par la recherche sur Robida, nous verrons que la dynamique texte / image qui caractérise sa trilogie vingtiémiste s’inscrit dans l’optique de la vignette romantique et de la revue – dans tous les sens du terme – illustrée française telle qu’elle a vu le jour au début des années 1830.

Les recoupements et échos entre textes, verbaux ou picturaux, évoqués tout au long de cet essai suggèrent que la science fiction de Robida reconfigure des éléments d’une culture panoramique qui se combinaient déjà entre eux à travers genres et médias depuis le siècle des Lumières, cristallisés dans leur dimension visuelle par la culture de l’imprimé des décennies romantiques.

Advertisements

Between Panoramic and Sequential: Nadar and the Serial Image

[Nineteenth-Century Art Worldwide. Vol. 11, Issue 3 (Autumn 2012)]

Abstract: This paper takes a look at both Nadar’s pictorial work and the early comic strip from a historical perspective framed by the multiplication of the serial image. The overview has a double aim. One is to outline an area of Nadar’s activity that usually gets only partial scholarly treatment because of its cross-platform nature: his experiments with the sequential image. Nadar played with graphic narratives and chronological photography at different points in his career. These efforts remained sporadic and spread out over several decades. Yet, beyond their documentary value, as I suggest, they shed insight on both the history of the comic strip and Nadar’s outlook on the image as a whole. They are emblematic of a tension between two axes of nineteenth-century culture: the sequential and the panoramic. To better understand Nadar’s approach to cartooning, it seems appropriate to place the early comic strip within its native ecosystem of thriving serial-image forms competing for the urban literate’s attention.

Nadar, “Vie publique et privée de mossieu Réac.” La Revue Comique #22, April 7, 1849.

Nadar, “Vie publique et privée de mossieu Réac.” La Revue Comique #22, April 7, 1849.

Thus, the first half of the article details some of the related graphic species that accompanied the emergence of the comic strip, from the classic gallery of caricatures to the ephemeral flip-print micro-narrative. Against that background of proliferation and cross-pollination between species, the roots of the comic strip appear more rhizomic than ever.